ÉCHOGRAPHIE GÉNÉRALE

INTRODUCTION

Échographie générale – Échographie clinique

Les médecins non radiologues utilisent de plus en plus l’échographie. Les gynécologues et les cardiologues le font depuis longtemps mais depuis quelques années, certains chirurgiens, médecins de famille, gastro-enterologues, urgentistes, anesthésistes, réanimateurs… voir dermatologues utilisent les ultrasons durant leur consultation. Dans certains pays, cela suscite encore quelques polémiques, alors qu’il s’agit d’une évidence. L’échographie est restée pour l’ancienne génération de médecins, l’apanage du spécialiste en radiologie et comme nous l’avons si bien appris, un examen « opérateur dépendant ». Une des principales raisons à l’utilisation limitée de l’échographe était en fait son coût. Avec l’évolution technologique, les appareils sont devenus bien plus abordables. En Allemagne, Autriche, France, Australie, États Unis, Canada de nombreux services hospitaliers possèdent maintenant leur appareil et les étudiants en médecine l’ont toujours connu dans leur arsenal diagnostic. Il s’agit d’un acte technique et comme tout geste technique, il nécessite d’être répété pour être assimilé. Ce n’est pas facile. Personne ne l’a dit mais cela peut devenir naturel, comme un prolongement de la main lors de l’examen des patients à force de répétition. L’examen = inspection – auscultation – percussion – palpation. Au XXIème siècle, il s’enrichit des ultrasons. Il existe des formations et tout médecin en a besoin pour débuter. Quelques jours suffisent pour comprendre les bases et avoir envie de pratiquer et continuer à se former. Internet est d’une grande aide en cela. Il est indispensable de prendre le train en marche. L’échographie nécessitera quelques mois ou années avant d’être apprivoisée, mais c’est possible. Elle s’imposera.

Cours de 3 jours d’initiation à l’échographie clinique- Mexique- Mexico DF- Mars 2015.

Formation de 5 jours à l’échographie appliquée aux urgences et soins intensifs. Mexique- Mexico DF- Décembre 2014.